en anglais : Crude Ambition
2007-06-18
 



Le bureau du développeur immobilier Ni Zhaoxing à Shanghai est parsemé de statuts symboliques pour les nouveaux riches de la Chine : antiquités et des œuvres d'art, tels que le jade sculpté, cristal et peintures contemporaines. Le siège du groupe, ZhongRong International Business City qui est un complexe nommé d’après le nom du Zhong Rong Groupe, est l'un des trois bâtiments que Ni Zhaoxing a fait construire dans le quartier financier de Shanghai avant le rebond du marché immobilier à la fin des années 1990. Le rebond ultérieur lui a apporté 190 millions de dollars. Il occupe la 188e place dans la liste des Chinois les plus riches publiée par Forbes l’année dernière.

Ce magnat âgé maintenant de 50 ans dit qu'il répond au besoin national du pétrole et veut que le ZhongRong Group se développe dans le domaine international de l’énergie. Il a commencé son projet dans la province de Saskatchewan au Canada, en désirant étendre son projet d’exploitation pétrolière au Texas dans le sud des Etats-Unis.

Comme il lui manque des connaissances en géologie et des compétences de langue anglaise, son idée a étonné les fonctionnaires chinois à Pékin. Ceux-ci l’ont trouvée tellement fabuleuse qu’ils ont hésité à lui donner la permission d’investir hors du pays pour acheter les droits de forage au Canada. « Ils pensent que je ne sais rien sur le pétrole», dit Ni Zhaoxing, « je leur ai répondu que je n'avais jamais raté aucune affaire et pourquoi ne pas me laisser le faire ? »

Ni Zhongxing a réussi. Deux ans après qu’il a reçu le feu vert du gouvernement chinois et avec l’aide des ingénieurs étrangers, il a réussi à trouver du pétrole en 2006 dans les puits de forage en Saskatchewan au Canada, selon Trevor Dark.

La Canada Capital Energy Corporation (CCEC) de Ni Zhaoxing a embauché Michael Monea qui était l’ancien chef du Petroleum Technology Research Centre du Canada, et acheté les droits de production, de location et d’exploration couvrant 32 000 acres à 8 millions de dollars. Il a refusé de dire combien de pétrole qu'il produit actuellement, mais il espère que la production quotidienne atteindra 20 000 barils dans quelques années.

Pendant les longs jours fériés de la Fête du Travail de la Chine, cet homme d’ambition était en visite au Wyoming et au Texas des Etats-Unis, à la recherche de plus d’opportunités d’investissement pétrolier. Dans l'ensemble, Ni Zhaoxing vise à atteindre 40 millions de dollars d’investissement avant la fin de l'année. Christopher Ruffle (Note 1) dit que « le gouvernement est aujourd'hui heureux de voir les capitaux privés dans les zones périphériques», comme le forage ou l'énergie solaire, qui ne menacent pas la domination de l'Etat des secteurs énergétiques stratégiques. Il estime aussi que MC China (Note 2) à Shanghai investit 3,5 milliards de dollars en Chine.

Ni Zhaoxing se contente pour l'instant d'être un petit opérateur dans ce domaine. «Ma stratégie est comme celle d’une fourmi », dit-il, « C'est juste un pas après l’autre. Toutes les grandes entreprises mondiales ont également été construites pas à pas ».

Il est un des entrepreneurs chinois qui ont survécu au chaos de la Révolution culturelle du pays dans les années 1960 et 1970. «J'étais heureux d’avoir quelque chose à manger», dit Ni Zhaoxing, en se rappelant comment il avait avalé ses bouillies de riz préférées, «elles sont beaucoup plus délicieuses que les plats d’aujourd’hui ».

Sa province natale est celle du Zhejiang, tout près de Shanghai. Dans cette province, sont nés sans cesse des jeunes ambitieux qui ont quitté leur province et sont venus à Shanghai, le centre commerciale de Chine, pour chercher un meilleur avenir. Dans les étagères d’affaires de toutes les librairies chinoises, il y a partout des livres qui expliquent le succès du Zhejiang et qui honorent ses héros d'affaires, tels que Jason Jiang de Focus Media qui est le roi de publicité et Chen Tianqiao qui est le chef des jeux en ligne Shanda.

Ni Zhaoxing a trouvé une opportunité convenable dans le domaine immobilier, après avoir réalisé dans les années 1990 neuf projets résidentiels à Hangzhou, le chef lieu du Zhejiang, et puis s'est tourné vers Pudong de Shanghai, où les prix des terrains ont été en baisse à cause de la crise financière asiatique. Il a prévu la postérité de Lujiazui. Dans ce quartier, les loyers continuent à s’élever. La Jasper Tower de 43 étages que Ni Zhaoxing a fait construire va ouvrir en plein milieu du quartier financier à la fin de cette année. Ni Zhaoxing a également investi dans l'immobilier de luxe à Pékin et dans un centre d'exposition à Hangzhou.

Pourtant, c'est l’énergie qui attire sa plus grande attention maintenant. La photo de son premier puits a été mise fièrement sur la couverture du magazine interne du groupe de décembre 2006. « Le monde est dans une situation difficile des ressources », il pense que l’augmentation de l'offre du pétrole à travers ses projets aidera légèrement à réduire les prix mondiaux du pétrole et finalement au profit du pays.

Ni Zhaoxing dit qu'il a choisi de lancer son premier investissement au Canada parce que celui-ci est si riche en ressources. « Il y avait partout des trésors, mais je n'ai pas eu autant d'argent dans ma poche pour tout faire », dit-il en riant. Le ZhongRong Group et la CCEC ne sont pas des sociétés cotées. Le fonctionnement de la dernière est dirigé par son épouse, Gong Jianxin. Presque tout le personnel technique vient du Canada. Mais Dark, fonctionnaire provincial, dit : « Ni Zhaoxing est un homme de vision qui sait bien où il veut être. Il a mis en place une bonne équipe de gestion dans la province de Saskatchewan, et nous espérons qu'il réussira. »
 
ans ce domaine d’investissement, Ni Zhaoxing peut être un éclaireur fourmi. D’autres Chinois explorent aussi cette régoin du Canada. Monsieur Dark déclare : «Nous avons avec la Chine un record du commerce qui a commencé par l'exportation de blé. Nous pensons qu'il y a une forte base solide pour la croissance. Comme l'économie de la Chine continue son rythme de croissance très rapide, nous nous sentons que son besoin de ressources naturelles va augmenter. La Saskatchewan attend l’élargissement de ses liens avec la Chine. »

Ni Zhaoxing se considère comme un entrepreneur aventureux. Il pense que pour l'instant, il a assez de capitaux pour financer la croissance de son groupe.

Les Etats-Unis ont fronçé les sourcils sur une offre faite par le géant énergétique chinois China National Off-shore Oil Company (CNOOC) pour Unocal en 2005. L'espoir de Ni Zhaoxing, c’est qu’en tant qu’un type de T.Boone Pickens (Note 3), il recevra un accueil chaleureux quand il descendra vers le sud.

Note:
1.Christopher Ruffle, administrateur de MC china.
2. MC china, son nom complet est Martin Currie China, dont le siège est à Edimbourg. En novembre 2005, MC china a reçu 120 millions de dollars. Il est ainsi devenu le 29e QFII coté. En mars 2007, l’équipe de gestion chinoise de MC china a franchi le seuil de 4 milliards de dollars. Maintenant, MC china est le plus grand fonds étranger actif sur le marché d’actions de catégorie A.
3.T.boone pickens, célèbre magnat pétrolier et expert d’acquisition. Il continue sans cesse son investissement dans le domaine de pétrole, et cela lui a apporté une rentabilité de plus de 200%.

 
 
|
|
|
|
Copyright © 2013 ZhongRong Group. All rights reserved . 沪ICP备05023412号